Sélection

Communiqué du Syndicat Etudiant et Lycéen CGT du Nord 

Journée du 19 avril : Violence policière à la manif à Lille. Nik les poucaves !

Télécharger au format PDF : Communiqué

Nous étions nombreux et nombreuses venu.es de nos facs, CFA et lycées pour manifester contre la sélection, la réforme du BAC et le gouvernement Macron. Science Po Lille était bloqué, un piquet de grève a aussi eu lieu à Valenciennes sur le campus Mont Houy.

Avec les cheminot.es et tous les secteurs en lutte, on a pris et on prendra la rue !

Pendant la manifestation de Lille, les flics nous ont gazés plus d’une fois et ont interpellés plusieurs camarades.

De même, nous sommes dans l’incompréhension totale au vu de la position de certain.es militant.es CGT qui nous ont dit de « dégager ». Gros problèmes aussi lorsque nous apprenons que d’autres militant.es CGT parlent à la BAC en manifestation pour donner des informations sur d’autres « jeunes » mobilisé.es qui pour certain.es sont syndiqué.es : CGT.

Au vu des preuves accablantes, nous condamnons fermement ces actes. Nous refusons toute distinction entre « bon.nes » et « mauvais.es » manifestant.es. La position de ces militant.e.s CGT n’est pas la nôtre et nous pensons qu'ils n'ont pas leur place au sein de notre syndicat. Nous nous désolidarisons donc totalement de ces actes éloignés des réalités, et rappelons que nous ne nous identifions pas à leur façon de penser. Car au SEL-CGT, nous considérons que les seuls « casseurs », sont les forces de l’ordre avec le gouvernement qui casse nos droits.

A l’heure où l’on nous parle des 50 ans de Mai 68, faut – il rappeler ce que c’était ?

Faut – il également rappeler les dernières criminalisations dont est victime la CGT depuis des années ?

Les étudiant.es, apprenti.es et lycéen.nes sont aussi victimes de répression quand ils/elles se mobilisent.

En effet, ça fait des semaines que les flics à l’Université de Lille sont les bienvenus. Le Président de l’UDL l’assume. Dans les lycées c’est la même chose. Dès qu’il y a des lycéen.nes qui s’organisent, les flics sont devant le bahut à 6h. Les plus motivé.es sont sanctionné.es par l’administration du lycée.

Heureusement, les militants et militantes CGT que nous croisons au quotidien sont toujours là pour nous rappeler les grands mouvements de lutte. Par exemple lors des grandes grèves de la métallurgie dans le Nord il y a des années où les manifestations étaient très violentes. Il ne faut pas non plus oublier que c'est grâce aussi aux autres forces présentes que le barrage de Douchy-les-Mines a tenue en 2016. Jamais les directions syndicales n’ont condamné un acte de lutte. C’est l’histoire de la CGT et nous allons y contribuer !

On rappelle aussi que le syndicat est un outil de lutte. Il n’est en aucun cas là pour contrôler le mouvement social.

On exprime notre solidarité à TOUTES les victimes de la répression du mouvement social et nous réaffirmerons que nous les soutiendrons. De Notre Dames des Landes à dernièrement Tolbiac.

Flics, Fachos hors de nos facs, on répondra chaque fois qu’on nous attaque !

La mobilisation est de plus en plus importante. La suite sera énorme ! RDV en AG la semaine prochaine, dans la rue le 1er mai et après on continue.