Télécharger les notes au format PDF : tract

Il s’agit des notes rédigées par les camarades élus, pas du compte-rendu officiel de la séance (bientôt disponible sur l’ENT). Le SEL-CGT Valenciennes a 1 élu étudiant sur 4 au Conseil d’Administration.

La FEV a les 3 autres élu.es. Au Conseil Académique, nous avons 1 élu sur 14 étudiant.es et 0 élu sur 3 doctorant.es. La FEV a 11 élu.es étudiant.es et 1 doctorant. Voir la composition au complet : membres des conseils centraux

Contexte (GREVE) : Nous appelons aux rassemblements et à la grève devant les 2 conseils. Les étudiant.es mobilisé.es ont demandé des interventions en début de conseil. Au Conseil Académique (CAc), la demande a été repoussée en fin de conseil et donc n’a pas eu lieu. Au Conseil d’Administration (CA), le Président indique qu’il est contre car il a déjà reçu les étudiant.es. Il met au vote la demande d’intervention : seuls 3 élu.es disent oui : 1 représentant des enseigant.es (M. Level), 1 représentant des BIATSS (Mme Turpin-Winter) et 1 représentant étudiant (nous, SEL-CGT). La demande d’intervention est refusée. Ambiance…

 

Que retenir de ce conseil ? On a mis les points les plus importants en premier ! 

1) Étudiant.es étranger.es

« Pour l’année scolaire 2019-2020, les droits d’inscription des étudiants étrangers en mobilité internationale sont ramenés au niveau de ceux des étudiants nationaux et de l’UE (Ref Circulaire DGECIP 2019-0022). »

Ici, la Direction de l’Université se sert du double discours du Ministère (cf Article de Médiapart) et donc repousser la hausse à septembre 2020. Nous sommes intervenu.es dans ce sens.

Le SEL-CGT appelle à continuer la lutte pour faire abroger le texte du ministère de l’enseignement supérieur qui prévoit que les étudiant.es venant de pays hors de l’Union européenne devront payer 2 770 euros en licence et 3 770 euros en master. Soit dix fois plus que ceux résidant dans l’Union européenne.

Résultat : Unanimité pour.

 

2) Accréditation des formations 2020-2024

Documents reçus :

 

La Direction présente un diaporama qui réexplique le contexte.

À retenir :

  • Les gouvernements ont fait le choix depuis des années de mettre en concurrence les universités entre elles, sous prétexte d’autonomie. La CGT s’est toujours battue contre. À Valenciennes, l’UPHF tombe dans le piège et va à fond dans la concurrence. Elle organise des formations avec la Catho à Lille (fac privée).

 

  • Plusieurs diaporamas précisent que l’Université est au bord du gouffre financièrement. L’État n’investit plus assez, donc ce qui motive la construction de cette offre de formation : la soutenabilité financière. Nous sommes contre cette vision du service publique ! Non aux contraintes budgétaires dans l’éducation publique !

 

  • Globalement, le nombre de master et de doctorat doit augmenter par rapport aux licences selon la Direction de l’UPHF et différentes enquêtes. « Pas au détriment des licences car il y aura plus d’étudiant.es d’ici 2024. ». Mais des LP doivent se masteriser.

 

  • Les futures formations seront polytechniques avec des modules de l’autre pôle dans les cursus disciplinaires (le module 7 sera composé de cours venant des modules 1 à 6 de l’autre pôle).

 

  • 5 masters sont développés en relation avec des partenaires internationaux.

 

  • Bien sûr, il y a la création de formation d’ingénieur, en lien avec le futur INSA (cf dernier CA).

 

  • Le document DA03 présente les créations, transformations et suppressions des formations. Le problème est que ce document présente que les mentions et pas les parcours types. Les parcours types sont débattus dans les conseils de composante (logique).
    Gros problème : Nous demandons les résultats des votes des conseils de composante. Mais la Direction n’est pas capable de les communiquer. Nous demandons la publication des comptes rendus des conseils de composante : idem, la Direction n’est pas capable d’y répondre.

 

  • Autre changement dans cette offre de formation post-2020 : À l’IUT, les Licences Pros deviennent des Licences 3P (projet Prélude). Ensuite, toutes les LP de l’UPHF devraient être concernées. Les professeurs s’interrogent. Difficile de comprendre ce projet mal expliqué… startup nation oblige !

 

  • Dans les documents votés, la Direction explique les fermetures de certaines formations, dans les départements qui ouvrent des formations ingénieures dans l’INSA, par les contraintes budgétaires et RH. On demande donc des chiffres. La Direction répond qu’elle n’en a pas car ces aspects financiers seront évalués après le passage à l’HCERES.

 

  • Le dossier d’accréditation sera retravaillé en juin après les retours de l’HCERES. Les L3P devraient passer au CNESER en juillet 2019.

 

  • LP JORIS : On intervient sur le conflit à DREAM (cf Article). On nous confirme que la masterisation de cette LP n’est pas encore prête. Le Président insiste et indique que c’est le département audiovisuel de l’ISTV qui a pris cette décision. M. Artiba déclare entre - autre : « Si vous voulez JORIS, supprimez ingénieur ». On passe sur les remarques désagréables de certains membres de la Direction… Tout ceci prouve le manque de communication et de crédibilité entre les Directions de département, de composante et d’Université.
    Les personnels du département concerné par la LP JORIS ont rédigé une pétition à lire ICI

 

  • Conclusion SEL-CGT : Le contexte d’austérité est connu et la CGT a raison d’appeler à la mobilisation contre l’État qui refuse d’augmenter les budgets de l’éducation alors que les milliards coulent à flot. L’offre de formation ne peut pas être jugé sur le fond car ce sont les conseils de perfectionnement qui proposent et les conseils de composante qui remontent. Or, nous avons que très peu d’information sur ces conseils. Sur la forme, l’offre de formation n’a pas été construite de manière démocratique… vu comment cela s’est passé à l’ISTV, on a du mal à imaginer que les autres composantes ont été plus démocratique… La CGT votera contre et continuera d’appeler à la mobilisation : + de démocratie à l’UPHF, + de milliards pour l’éducation !

 

  • Résultats :
    • Au Conseil Académique (seul point à l’ordre du jour) : 1 contre (nous, SEL-CGT), le reste pour.
    • Au Conseil d’Administration : 1 contre (nous, SEL-CGT), le reste pour

 

3) Contingent d’heure pour les enseignants du 2nd degré

Il s’agit de voter le nombre d’heures que font les professeurs du 2nd degré pour l’année 2019 – 2020 à l’UPHF, soit 576 heures (montant maximal). On s’abstient car on a du mal à se prononcer dessus en tant qu’étudiant.e.

Résultat : 1 abstention (nous, SEL-CGT Va), le reste pour.

 

4) Répartition de la CVEC et projets

Il s’agit d’approuver la répartition de l’argent récupéré par l’Université via le CVEC : la nouvelle taxe de 90 € payée par les non boursier.es. Nous sommes contre cette taxe injuste, donc nous refusons de cogérer la misère. La CGT s’abstient donc.

Voici les documents expliquant la répartition : ICI et ICI

Résultat : 1 abstention (nous, SEL-CGT Va), le reste pour.

 

5) Tarifs du master IEAP parcours 3MH

 Le problème ici est le prix, non le contenu du master. Les prix sont exorbitants : 4 075 € pour le master 1 par exemple.

Résultat : 1 contre (nous, SEL-CGT), le reste est pour.

 

6) Échange foncier Etat (Rectorat / Ville de Valenciennes)

Il s’agit d’officialiser la paperasse : globalement, l’Université prête ses parkings à la mairie. Une grille vient d’être installer devant Ronzier. Il y a donc une mise à jour à faire. L’échange foncier a une valeur nulle.

Résultat : Unanimité pour.

 

7) Approbation de la convention ARAPEN

C’est une convention pour les étudiant.es chinois.es qui viennent en France. Idem, le problème n’est pas la convention mais le coût pour les étudiant.es :

« Frais de formation : Les frais spécifiques d’ingénierie pédagogiques relatifs à la préparation des étudiants sélectionnés s’élèvent à 4 500 € (quatre mille cinq cents euros) payable avant leur arrivée afin de faciliter leur inscription. »

Résultat : 1 contre (nous, SEL-CGT), le reste est pour.

 

8) Convention pour l’association Technopôle du Valenciennois

Il s’agit d’une convention avec beaucoup d’entreprises privées comme Vallutec… situées au bout du campus Mont Houy. L’Université offre des services tel que l’électricité, la reprographie, … et en échange l’Université récupère 15 000 €. Nous sommes contre le financement de l’Université via des entreprises privées.

Résultat : 1 contre (nous, SEL-CGT), le reste est pour.

 

9) Don de matériel pour le LAMIH

Le pôle AIP-PRIMECA Nord-Pas de Calais a reçu sous forme d’un don de la société MC Synkro France située au Parc VALL de l'Escaut à Onnaing un robot industriel, suite au remplacement de ce robot sur la chaîne de production et d’assemblage.

Résultat : Unanimité pour.

 

10) Questions diverses

Banalisation des cours : On relance la Direction pour qu’elle nous reçoive sur les banalisations. On demande à être reçu sur ce sujet depuis septembre 2018. Vive le dialogue social à l’UPHF !